Suisse

Liste des auteurs :

– Marc Feuermann – Laurent Coos – … – …

À propos de la Suisse

La Suisse, en terminologie officielle la Confédération suisse, est un pays d’Europe de l’Ouest, sans accès direct à la mer. Elle est entourée par l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Autriche et le Liechtenstein. Le pays, formé de 26 cantons, est constitutionnellement un État fédéral depuis 1848. Sa capitale est Berne. La Suisse reconnaît quatre variantes culturelles basées sur les quatre langues nationales : l’allemand, le français, l’italien et le romanche. Alors que les trois premières sont langues officielles, le romanche ne l’est que partiellement. Le pays a une longue tradition de neutralité politique et militaire et abrite de nombreuses organisations internationales.

Depuis le milieu du XIVe siècle, le terme de confédération est employé pour qualifier les systèmes d’alliance qui se sont formés sur le territoire de la Suisse actuelle. Le mot français, comme ses équivalents dans les langues latines, est issu du latin foedus, « traité d’alliance », alors que l’allemand Eidgenossenschaft renvoie au « serment devant Dieu », Eid, prêté par des Genossen, « compagnons » de même rang. Le mode d’association ainsi désigné contraste avec la dissymétrie des liens de dépendance féodaux.

Le nom de Schweiz, d’où dérive le français Suisse, est utilisé dès le XVIe siècle par les Autrichiens, par déformation de celui du canton de Schwytz (Switz ou Sweitz en moyen haut-allemand) qui est alors, parmi les trois cantons d’origine, le plus proche géographiquement de Vienne, pour désigner l’ensemble de la communauté révoltée contre eux. Le terme de Schwytz, quant à lui, viendrait de celui apparu en 972 pour désigner la population de la région, les Suittes ; ce nom serait lui-même issu du vieux haut-allemand suedan signifiant « brûler », rappelant ainsi comment les habitants défrichaient les forêts avoisinantes afin de construire ou de cultiver les terrains.

La mention Confédération suisse apparaît pour la première fois en allemand dans un document datant de la guerre de Trente Ans (1618-1648). Cependant l’expression ne devient courante qu’au XVIIIe siècle, où elle n’est encore ni officielle ni unique, puisque les appellations Corps helvétique, Magna Liga, Ligues et Helvetia sont également utilisées pour désigner le pays.

L’appellation est officialisée en 1803, sinon dans l’Acte de médiation lui-même, du moins par le titre de « Médiateur de la Confédération suisse » que prend Bonaparte à cette occasion. Elle est reprise à l’article 15 du pacte fédéral de 1815 : « les XXII Cantons se constituent en Confédération suisse », puis par les constitutions de 1848, 1874 et 199923. Aujourd’hui, dans la liste des dénominations d’États publiée par les autorités du pays, c’est Confédération suisse qui est retenue, l’adjectif helvétique étant explicitement exclu.

Cependant, au cours d’une évolution historique complexe, inscrite depuis 1848 dans le texte de ses constitutions successives, les institutions de la Suisse se sont éloignées de la confédération d’États pour devenir celles d’un État fédéral. Le maintien en vigueur d’une appellation officielle inchangée, bien qu’elle ne leur corresponde plus (du moins dans les langues latines : en allemand Eidgenossenschaft ne désigne pas une forme politique particulière), exprime l’idée d’une continuité de l’histoire suisse, depuis les alliances médiévales jusqu’à l’État contemporain.

Publicités